L’appel d’un Sans-Papiers face au châtiment de déesses de l’enfer

O pro-déo….

Qui décrira nos vies désormais ? Qui soulignera dans nos récits un fait, un incident et des évènements?  Maintenant que aux portes du palais on fait payer celles et ceux qui viennent te réclamer justice.

Maintenant que nos malades peuvent crever en toute légalité. Que nos enfants peuvent érer jusqu’à l’infini. Que nos familles sont mises directement dans des cages. Que nos femmes et nos hommes sont enfermé-e-s de plus en plus, pourchassé-e-s, maltraité-e-s, humilié-e-s et détruit-e-s.

Hier encore un nouveau centre. Certains disent ouvert. Mais  ce sont celles et  ceux qui vont y passer qui peuvent en témoigner. De l’extérieur on ne voit que les origines et les effets.

Hier encore une nouvelle restriction, un nouveau cri sorti des centres fermés. Et aujourd’hui encore et demain encore pire. Et le pire c’est que dans tout cela la solidarité souffre, étouffée ou aveuglée.

Maintenant que les portes se ferment l’une après l’autre. Maintenant que –à nouveau- la peur de l’incertitude et de l’avenir fait grimper les sondages. La peur de celui qu’on accuse facilement.

Alors quoi face à tout cela ?

Essayer de recoller les morceaux ou inventer autre chose.

Pleurer la perte d’un droit.

Puis d’un autre…

Pleurer tout une fois pour toute.

Accomplir son deuil et continuer la route malgré tout

En encaissant les claques une après l’autre, mais toujours la tête haute.

Contre le châtiment des déesses de l’enfer la question ce n’est même pas est ce qu’on peut réaliser des revendications mais plutôt à quel point on peut encore résister? Quelle alternative peut-on mettre en place? Et dans quel mesure le grain de sel qu’on apporte fera avancer cette lutte. Une lutte qui se cherche encore.

Une agitation interminable. Des divergences. Conflits d’égo et d’intérêts. Mais un brin d’espoir dans tout ça.

Alors  au moins que  cette  énergie dépensée produise de l’effet.

Que nos différences  ne soient pas des bâtons dans nos roues.

Que même si on n’arrive pas à serrer les mains qu’on se tire pas des balles dans nos pieds.

Que nos frustrations ne génèrent pas la haine et le mépris.

Que le mixte de tout ça ne détruit pas le peu de confiance qui reste.

About these ads

2 commentaires sur “L’appel d’un Sans-Papiers face au châtiment de déesses de l’enfer

  1. Ebone dit :

    occupation and strike until death to show the true face of this discrimination Belgian policy against peperless.are you ready.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s