Le sans papiers entre quête et conquêt‏e

Ce que je dois à la naïveté

Comment expliquer tout le chemin qui conduit l’immigré à acquérir ce statut de sans papiers ? La raison, le moyen, la méthode et le lieu de départ, conditionnent son statut dans la société d’arrivée. Il vit dans un monde parallèle aux autres. Son nouveau monde  ne ressemble en rien à l’image qu’on lui a fait miroiter un jour, bien avant son départ. Et rares sont ceux qui le connaissent et le reconnaissent. Certains remettent en question les raisons de son départ, d’autres, le moyen et pour d’autres encore c’est son objectif et son rôle qui posent problème.

Qu’il soit là pour conquérir des acquis sociaux ou en quête de survie, la personne sans papiers n’a bien souvent rien à se reprocher. Pas plus qu’on ne peut lui reprocher sa nature humaine. Mais certains pensent que c’est lui, et pas les autres, qui aurait dû rester chez lui malgré tout. D’autres disent c’est à nous de nous entraider pour lui faire une place. Il y en a même qui pensent qu’il doit changer de but et renoncer à sa quête.

Il est devenu un émissaire malgré lui, portant un vrai message qui nous alerte des conséquences de nos actes. Ce message ne trouve pas encore assez d’écho. Un message dissimulé dans une multitude d’informations mensongères. Criminalisé, on l’expulse pour promouvoir politiquement la répression. Assisté, on le soigne pour faire croire à l’humanité de la société. Sans voix, on lui fait porter la responsabilité de toutes les accusations. Il devient le bouc émissaire des maux sociaux.

Ceux qui croient que les dispositifs répressifs constituent une réponse durable à ce problème social ne se trompent pas dans une vision à court terme. Pour eux l’avenir importe peu. Tant que le mouvement ne s’exprime pas d’une voix audible, ces décisions politiques pourront se perpétuer et continuer à se durcir. Entre temps, privés des informations nécessaires à la compréhension juste du phénomène qui permettraient d’y apporter une réponse pertinente, la misère fait des ravages. La frustration, étouffe toute initiative des acteurs impliqués. Comme la rouille, elle gangrène et ankylose le lien avec la réalité. A chaque contact, il sonne comme un grincement. Mais un grincement peut annoncer de bonnes nouvelles.

Un « collectif de sans papiers » naît pour mourir

 

Par « collectif de sans papiers » j’entends un rassemblement de sans papiers autour de leur régularisation. Ils n’ont pour objectif que de faire cesser ce qui est la raison d’être de leur regroupement.

 

Un « mouvement de sans papiers » ne peut exister sans les sans papiers

Par « mouvement de sans papiers » j’entends toute initiative qui converge pour mettre fin de manière définitive à l’existence du statut de sans papiers. Mais plus ce mouvement grandit, plus il devient lourd. Plus il se trouve un visage et une identité, plus il devient complexe pour lui de porter les messages de tous ceux qui lui ont fait confiance, d’une manière naïve, utilitaire ou simplement par stupidité. Finalement, le résultat est le même : ses membres finissent par le quitter un jour. Et le mouvement finit par s’écrouler de lui même. Mais le souffle de cette destruction attise des étincelles. Après chaque démantèlement, il ressuscite de ses cendres et cherche une nouvelle forme.

 

S.A

About these ads

7 commentaires sur “Le sans papiers entre quête et conquêt‏e

  1. […] Le sans papiers entre quête et conquêt‏e […]

  2. Amine dit :

    Il n’est point de bonheur sans liberté, ni de liberté sans courage.

    • omar dit :

      on a trops manifistee mais jusqu’a quand on marche sans resultat.la seule soulition a mon avis et de rasembler et de decidee d’entree ds une greve du faim non limitee.

      • hayat dit :

        meme on fait une greve de faim non limite,on detruit notre santer ,et soyer sur que ya personne nous regarde,je fais pas confiance au procedures administratives de loffice des etranger,mais le plus important cest de faire confiance en toi meme et tracer ton chemain sans attendre ,si on attend les papiers on est foutu ,

  3. omar dit :

    Je propose la greve du faime non limitee soit d’obtenire la loi de residense ou la mort .ya des sans papier prete pour ca?

    • hayat dit :

      on est venu pour ameliorer notre situation,et vivre bien avec un travail stable et convenable,pas pour mourir,ya rien qui merite pour quon meurt pour.

  4. hayat dit :

    jamais baisser les bras,11 ans en belgique sans papiers,et jai jamais perdu lespoir,dieu vous protege,et courage,la seule solution a mon avie et dapres mon experience ici cest de travailler et chercher du travail par tous,jamais on dis ya pas avec la volante on peut sensortir,et le plus important on prend soin de notre sante ,pour ne pas tomber dans la depression et on perd tous ,il faut resister jusqua la fin de la vie.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s