MARCHE POUR LA LIBERTÉ, AVEC OU SANS PAPIERS — MARS VOOR VRIJHEID, MET OF ZONDER PAPIEREN — MARCH FOR FREEDOM, WITH OR WITHOUT PAPERS

FR
——–

Vendredi 20 mars 2015
Rassemblement à 15h00 (interventions, concerts, ..)
Marche à 18h00

L’État belge, malgré les conventions internationales qu’il a ratifié, s’obstine à expulser des hommes, des femmes et des enfants dans des pays ravagés par la guerre, la maladie ou des catastrophes climatiques et environnementales. Il renforce sans cesse sa chasse à l’homme contre les sans-papiers. Enfin, il met des obstacles à la régularisation de sans-papier en s’appuyant sur des critères flous et arbitraires.

Vendredi 20 mars à 18h marchons tous à Bruxelles pour revendiquer la régularisation de tous les sans-papiers, mais aussi pour :

• La fermeture de tous les centres fermés
• La liberté de circulation
• L’arrêt immédiat des expulsions
• L’arrêt de la criminalisation des immigrés sans-papiers
• Le droit d’accès à la formation
• Le stop au racisme de l’État

Tous ensembles, les sans-papiers et leurs groupes de soutien, les associations et les syndicats, les militants ordinaires, les défenseurs des droits de l’Homme, les étudiants et les citoyens ordinaires belges, s’unissent massivement pour dire NON à la politique d’immigration de la Belgique

Si vous aussi, vous n’êtes pas d’accord avec cette politique injuste et inhumaine:

RENDEZ-VOUS LE VENDREDI 20 MARS 2015,
SUR LA PLACE SAINTE CATHERINE à 1000 BRUXELLES,
A 15H POUR LE RASSEMBLEMENT (CONCERTS, PRISES DE PAROLE),
A 18H POUR LA MARCHE!

Message important: rendez-vous le dimanche 3 mai 2015 pour ‘La marche des 10.000 sans papiers’, à 14h à la gare du midi à Bruxelles!

——–
NL
——–

Vrijdag 20 maart 2015
Bijeenkomst om 15h00 (concerten, toespraken, ..)
Mars om 18h00

De Belgische Staat gaat verder met het uitzetten van kinderen, vrouwen en mannen, ondanks internationale overeenkomsten, naar landen in oorlog, en landen waar epidemiën en milieurampen ravages aanrichten. De mensenjacht wordt grimmiger. De migratiepolitiek werpt telkens nieuwe obstakels op tegen een regularisatie van mensen zonder papieren, de criteria voor regularisatie worden vager en willekeuriger.

Op vrijdag 20 maart 2015 komen we op straat in Brussel om de regularisatie te eisen voor alle mensen zonder papieren, maar ook voor:

• De sluiting van alle gesloten centra
• De vrijheid van beweging en vestiging
• De onmiddellijke stopzetting van de uitzettingen
• De onmiddellijke stopzetting van de criminalisering van mensen zonder papieren
• Het recht op vorming en scholing
• Het einde van het Staatsracisme

Mensen zonder papieren, verenigingen en vakbonden, gewone militanten, verdedigers van mensenrechten, studenten en heel gewone belgen komen samen om massaal NEEN te zeggen tegen de belgische migratiepolitiek.

Als u ook niet akkoord bent met deze onrechtvaardige en onmenselijke politiek:

AFSPRAAK OP VRIJDAG 20 MAART 2015,
OP HET SINT KATELIJNE PLEIN, 1000 BRUSSEL,
OM 15U VOOR DE BIJEENKOMST (CONCERTEN, TOESPRAKEN, ..),
OM 18U VOOR DE MARS!

Belangrijke mededeling: afspraak op zondag 3 mei 2015 voor ‘De mars van de 10.000 mensen zonder papieren’, om 14h aan het zuidstation in Brussel!

——–
ENG
——–

Friday 20 march 2015
Meeting at 3 pm (Concerts, Speeches, ..)
March at 6 pm

The Belgian State, despite the international conventions it has ratified, insists on deporting men, women and children in countries ravaged by war, disease or climate and environmental disasters. It constantly strengthens its manhunt against the undocumented. Ultimately, it puts obstacles in the regularisation of undocumented people relying for doing so on vague and arbitrary criteria.

Friday, 20 March at 6 pm. let’s all walk in Brussels to demand the regularisation of all undocumented migrants but also :

• The closure of all detention centres
• Freedom of movement
• The immediate halt to deportations
• Stopping the criminalisation of undocumented immigrants
• The right of access to training
• The end of state racism

All together, the undocumented and their support groups, associations and unions, ordinary activists, defenders of human rights, students and Belgian ordinary citizens let’s unite massively to say NO to the immigration policy of Belgium

If you don’t agree neither with this unjust and inhumane policy :

MEETING FRIDAY 20 MARS 2015,
SAINTE CATHERINE SQUARE at 1000 BRUSSELS,
AT 15H : GATHERING (CONCERTS, SPEECHES, ..),
AT 18H : MARCH

Important message: Sunday, 3 May, 2015 ‘March of the 10,000 undocumented’, at 14h Midi station in Brussels !51w4yuf

A Bruxelles de 12h à 14h aura lieu un rassemblement sur la place Poelaert « Together for dignity » qui lui aussi rappellera les revendications suivantes

A Bruxelles de 12h à 14h aura lieu un rassemblement sur la place Poelaert « Together for dignity » qui lui aussi rappellera les revendications suivantes

Manifestation 18-12-2014_a (1) (1)

  • La Régularisation des sans-papiers
  • La lutte contre les racismes
  • La lutte contre la criminalisation des migrants avec et sans-papiers
  • La mise en avant de la plus-value des migrants avec et sans-papiers
  • Une politique d’accueil des étrangers leur permettant de vivre dignement en Belgique

Vous trouverez en attaché le tract appelant à se mobiliser pour cet événement.

La plateforme de soutien des sans papiers sur Bruxelles a suggéré qu’il y ai des échanges de représentation lors de cette journée entre Wallonie et Bruxelles.

N’hésitez pas à communiquer à ce sujet.

http://www.stop632.be/

http://www.stop632.be/

Nous, travailleurs hors et dans l’emploi1, appelons à une campagne large et unitaire en vue de l’abrogation immédiate de l’article 63 §2 et en tout cas avant le 1er janvier 2015.

L’article 63§2, c’est quoi ?

L’article 63§2 limite dorénavant le bénéfice des allocations dites d’insertion (anciennes allocations d’attente) à trois ans à partir de 30 ans2. Il a été décrété en décembre 2011 par le gouvernement Di Rupo, et intégré à l’arrêté royal de 1991, qui légifère sur l’organisation de l’ensemble du système chômage. En vertu de cet article, à partir du 1er janvier 2015, des vagues successives de milliers3 de travailleurs hors emploi arrivant en fin de droit seront exclus du système d’allocations de chômage.

Il s’agira majoritairement de femmes (65 %) et de familles monoparentales (surtout des mères avec enfants à charge, 81 % des chefs de ménages potentiellement excluables étant des femmes), mais aussi de travailleurs à temps partiel, intérimaires, artistes ou autres, qui n’auront pas eu la possibilité d’accumuler suffisamment de « jours de travail » dans une période donnée pour ouvrir leur droit aux allocations de chômage sur base de leur emploi.

Un changement décisif

Cette mesure introduit un changement décisif dans la « politique d’activation des chômeurs » telle qu’elle est menée en Belgique. En effet, à l’obligation de chercher du travail, elle substitue désormais l’obligation d’en trouver ! Rappelons qu’il y a aujourd’hui en Belgique plus d’un million de personnes totalement ou partiellement hors emploi pour… 50 000 offres d’emploi mensuelles4 !

Dans ce contexte, prétendre qu’affamer des individus va les pousser à trouver un emploi alors qu’il en existe si peu relève de la perversité. Cela va tout simplement conforter le pourcentage élevé de pauvres que compte déjà la Belgique5, pourtant l’un des pays les plus riches de la planète (selon le FMI, le 17ème mondial en termes de PIB/habitant, le 10ème en Europe, devant la France, l’Italie, l’Angleterre et … l’Allemagne)6.

Une absurdité budgétaire, économique et sociale

Et tout ça pour quoi ? Les économies que le gouvernement espère (cyniquement) tirer de cette mesure sont dérisoires.

Sans compter qu’elles seront, en partie7, répercutées sur des CPAS déjà aux abois, notamment dans les communes les plus pauvres, au risque de renforcer les inégalités territoriales (sans parler des inégalités sociales…) dans notre pays et d’alimenter entre précaires une concurrence malsaine, susceptible de faire le lit du racisme.

140830-Flyer-STOP-Fr-Recto-Vectoriel 140830-Flyer-STOP-Fr-Verso-Vectoriel1

http://www.stop632.be/

Nous, travailleurs hors et dans l’emploi1, appelons à une campagne large et unitaire en vue de l’abrogation immédiate de l’article 63 §2 et en tout cas avant le 1er janvier 2015.

L’article 63§2, c’est quoi ?

L’article 63§2 limite dorénavant le bénéfice des allocations dites d’insertion (anciennes allocations d’attente) à trois ans à partir de 30 ans2. Il a été décrété en décembre 2011 par le gouvernement Di Rupo, et intégré à l’arrêté royal de 1991, qui légifère sur l’organisation de l’ensemble du système chômage. En vertu de cet article, à partir du 1er janvier 2015, des vagues successives de milliers3 de travailleurs hors emploi arrivant en fin de droit seront exclus du système d’allocations de chômage.

Il s’agira majoritairement de femmes (65 %) et de familles monoparentales (surtout des mères avec enfants à charge, 81 % des chefs de ménages potentiellement excluables étant des femmes), mais aussi de travailleurs à temps partiel, intérimaires, artistes ou autres, qui n’auront pas eu la possibilité d’accumuler suffisamment de « jours de travail » dans une période donnée pour ouvrir leur droit aux allocations de chômage sur base de leur emploi.

Un changement décisif

Cette mesure introduit un changement décisif dans la « politique d’activation des chômeurs » telle qu’elle est menée en Belgique. En effet, à l’obligation de chercher du travail, elle substitue désormais l’obligation d’en trouver ! Rappelons qu’il y a aujourd’hui en Belgique plus d’un million de personnes totalement ou partiellement hors emploi pour… 50 000 offres d’emploi mensuelles4 !

Dans ce contexte, prétendre qu’affamer des individus va les pousser à trouver un emploi alors qu’il en existe si peu relève de la perversité. Cela va tout simplement conforter le pourcentage élevé de pauvres que compte déjà la Belgique5, pourtant l’un des pays les plus riches de la planète (selon le FMI, le 17ème mondial en termes de PIB/habitant, le 10ème en Europe, devant la France, l’Italie, l’Angleterre et … l’Allemagne)6.

Une absurdité budgétaire, économique et sociale

Et tout ça pour quoi ? Les économies que le gouvernement espère (cyniquement) tirer de cette mesure sont dérisoires.

Sans compter qu’elles seront, en partie7, répercutées sur des CPAS déjà aux abois, notamment dans les communes les plus pauvres, au risque de renforcer les inégalités territoriales (sans parler des inégalités sociales…) dans notre pays et d’alimenter entre précaires une concurrence malsaine, susceptible de faire le lit du racisme.

140830-Flyer-STOP-Fr-Recto-Vectoriel140830-Flyer-STOP-Fr-Verso-Vectoriel1

http://www.stop632.be/

Nous, travailleurs hors et dans l’emploi1, appelons à une campagne large et unitaire en vue de l’abrogation immédiate de l’article 63 §2 et en tout cas avant le 1er janvier 2015.
L’article 63§2, c’est quoi ?

L’article 63§2 limite dorénavant le bénéfice des allocations dites d’insertion (anciennes allocations d’attente) à trois ans à partir de 30 ans2. Il a été décrété en décembre 2011 par le gouvernement Di Rupo, et intégré à l’arrêté royal de 1991, qui légifère sur l’organisation de l’ensemble du système chômage. En vertu de cet article, à partir du 1er janvier 2015, des vagues successives de milliers3 de travailleurs hors emploi arrivant en fin de droit seront exclus du système d’allocations de chômage.

Il s’agira majoritairement de femmes (65 %) et de familles monoparentales (surtout des mères avec enfants à charge, 81 % des chefs de ménages potentiellement excluables étant des femmes), mais aussi de travailleurs à temps partiel, intérimaires, artistes ou autres, qui n’auront pas eu la possibilité d’accumuler suffisamment de « jours de travail » dans une période donnée pour ouvrir leur droit aux allocations de chômage sur base de leur emploi.

Un changement décisif

Cette mesure introduit un changement décisif dans la « politique d’activation des chômeurs » telle qu’elle est menée en Belgique. En effet, à l’obligation de chercher du travail, elle substitue désormais l’obligation d’en trouver ! Rappelons qu’il y a aujourd’hui en Belgique plus d’un million de personnes totalement ou partiellement hors emploi pour… 50 000 offres d’emploi mensuelles4 !

Dans ce contexte, prétendre qu’affamer des individus va les pousser à trouver un emploi alors qu’il en existe si peu relève de la perversité. Cela va tout simplement conforter le pourcentage élevé de pauvres que compte déjà la Belgique5, pourtant l’un des pays les plus riches de la planète (selon le FMI, le 17ème mondial en termes de PIB/habitant, le 10ème en Europe, devant la France, l’Italie, l’Angleterre et … l’Allemagne)6.

Une absurdité budgétaire, économique et sociale

Et tout ça pour quoi ? Les économies que le gouvernement espère (cyniquement) tirer de cette mesure sont dérisoires.

Sans compter qu’elles seront, en partie7, répercutées sur des CPAS déjà aux abois, notamment dans les communes les plus pauvres, au risque de renforcer les inégalités territoriales (sans parler des inégalités sociales…) dans notre pays et d’alimenter entre précaires une concurrence malsaine, susceptible de faire le lit du racisme.

du 13 au 26 octobre 2014 une vaste opération conjointe avec les Etats membres de Schengen

Le Conseil de l’Union européenne organise ZP Sylle et Dendre Enghien, Europol et Frontex, du nom de “Mos Maiorum”
Sachons d’abord ce qui se cache sous ce nom aux relents racistes, voire fascistes :
Le mos majorum (ou mos maiorum), signifie « mœurs des anciens » ou « coutumes des ancêtres » il désigne dans la Rome antique le mode de vie et le système des valeurs ancestrales. Il est souvent pris comme une référence, et est à opposer au spectacle de la décadence du temps présent!!!!
Les cinq fondements du mos majorum sont :
fides : fidélité, respect de la parole donnée, loyauté, foi ; confiance (…)
pietas : piété, dévotion, patriotisme, devoir
majestas : sentiment de supériorité naturelle d’appartenance à un peuple élu, majesté
virtus : qualité propre au citoyen romain, courage, activité politique
gravitas : ensemble des règles de conduite du Romain traditionnel, respect de la tradition, sérieux, dignité, autorité
Tout un programme ! Le seul choix du nom de code devrait être source de dénonciation!!
Toutes les possibles routes migratoires dans toute l’Europe seront ciblées dans l’espace Schengen ET aux frontières extérieures de
l’Europe, les objectifs étant :
-Interpeller les migrant-es “irrégulier-ères” afin de recueillir des informations en vue d’enquêter
-Identifier, poursuivre et perturber les groupes de crime organisé
-Consolider les actions conjointes afin d’empêcher les migrations “illégales”
-Rechercher les routes utilisées par les migrant-es et les réseaux de migration.
-Recueillir et analyser les informations relatives également à la circulation dite secondaire
Les contrôles dans les aéroports, gares, ports, aux frontières et autres endroits stratégiques (train, bus, métros, trams?) seront sans aucun doute renforcés dans toute l’Europe. Donc faites attention.
A diffuser largement !!!!

Mobilisation avec et pour les sans-papiers à partir du 20 juin à Bruxelles :

Mobilisation avec et pour les sans-papiers à partir du 20 juin à Bruxelles :

                                                        Nous exigeons
22 DECEMBRE 1999.
 – Loi relative à la régularisation de séjour de certaines catégories d’étrangers
séjournant sur le territoire du Royaume (1)

 

  • Une solution juste humaine et durable pour les dossiers introduits pendant l’opération de régularisation de 2009.

 

  • La mise en place d’une loi de régularisation avec des critères claires et permanentes pour les personnes qui n’ont pas pu bénéficier de l’accord de 2009.

 

  • La fin de toutes le politiques répressives et discriminatoires qui touchent les migrants.

 

2009…..2014 : 5 ans d’attente : c’est trop

 

En 2009 quelques partis politiques se sont engagés à mettre en place une régularisation pour les personnes sans-papiers et les demandeurs d’asiles qui attendaient une
solution depuis plusieurs années. Une grande mobilisation a permis d’obtenir un accord, mais malheureusement nous voilà 5 ans après et la question n’est pas encore résolue.

Des milliers de dossiers restent bloqués et la politiques migratoires tournées vers la répression et l’exclusion ne font que créer plus de sans-papiers.

Le collectif sans-papiers relance son appel à une mobilisation pour trouver une solution afin d’éviter le pire et à réfléchir à une politique migratoire à long terme qui permet de finir avec le statut du sans-papiers.

À l’occasion de l’arrivée à Bruxelles de la caravane européenne des sans-papiers et des migrants, le collectif sans-papiers Belgique appelle les sans-papiers et les migrants et toutes les personnes solidaire à se joindre à cette mobilisation. Dans ce cadre, sans-papiers Belgique appelle à un rassemblement devant l’office des étrangers le mercredi 25 juin à 16h devant l’office des étrangers. D’autres rencontre seront organisées notamment sur la question de la régularisation en général et celle de 2009 en particulier.

 

 Assemblée d’informations et d’organisation

Jeudi 19 juin à 18 :00 au 25 rue Marcq 1000 Bruxelles

 

 

       

Le collectif appelle aussi à se joindre à la semaine d’action de la caravane européenne des sans-papiers et migrant :

 

  Du 20 au 28 juin, la Caravane des sans-papiers et réfugiés sera à Bruxelles. La Caravane c’est 300 personnes issues de collectifs de sans-papiers et réfugiés venus d’Allemagne, de France, d’Italie et des Pays-Bas pour dénoncer, en marge d’un Sommet Européen, les politiques migratoires de l’UE et de ses états membres. Les collectifs ont pris le risque de traverser les frontières qui les enferment et les excluent pour revendiquer l’égalité, la dignité et justice sociale pour toutes et tous.

 

L’immigration choisie…

 

Les politiques migratoires ont comme objectif premier de fournir de la main d’oeuvre aux économies européennes (les textes européens sont explicites à ce titre). Les discours humanitaires ou au contraire stigmatisants, ne servent en fait qu’à masquer la froideur de cet objectif.

 

… et l’immigration subie.

 

Toutes celles et ceux qui ne rentrent pas dans ce cadre sont considérés comme indésirables. Pour eux, un véritable arsenal militaire et juridique (Frontex, EuroSur, EuroDac, Dublin) est mis en place pour les dissuader de tenter leur chance en Europe. Les milliers de morts aux frontières ne sont que la conséquence la plus tragique de ces choix politiques.

 

Face à cela, nos revendications (extraits de l’Appel de la Caravane):

 

– Pour l’égalité et contre la mise en concurrence entre tous

Le système capitaliste utilise nos divisions réelles ou supposées pour nous mettre tous en concurrence. Le racisme et nos différents statuts sont instrumentalisés à cette fin. Ces divisions nous affaiblissent tous, égaux nous serons plus forts!

 

– Pour la mémoire et la dignité

Nous venons de pays victimes de la colonie, des guerres et des politiques impérialistes menées par les gouvernements et entreprises européenne depuis des décennies. Nous demandons reconnaissance et réparation pour les crimes commis.

 

– Pour plus de droits et de justice sociale

Plus de droits économiques, sociaux, culturels. Education, santé et logement pour tous. Droits politiques pour tous (manifestation, expression, vote). Contre le racisme et le sexisme.

 

 

Programme de la Caravane

20 juin: accueil de la Caravane dès 16 au Parc Gaucheret, 1030 Bruxelles

22 juin: accueil des délégations françaises et italiennes (lieu à définir)

23 juin: lobby tour, connaitre la Bruxelles des lobbies

24 juin: soirée, projection film à Bruxelles Laïque, Av. De Stalingrad 18-20

25 juin: soirée, projection film à Bruxelles Laïque, Av. De Stalingrad 18-20

26 juin: Manifestation, rassemblement à 16h30 Place du Béguinage

27 juin: Journée de débats et Grosse fête (lieu à définir)